Canard de barbarie

Publié le par Gabian

 Quelques images et informations afférentes à cette espèce...Clic ici

 

Je me dois de vous conter une déplorable histoire de canards, laquelle a irrémédiablement terni mon image auprès de mes amis.

C'était lors de l'hiver, extrêment rude, du début de l'année 1969 ou 1970.

Nonobstant du fait qu'il y a maintenant péremption, je peux vous la conter.

En toute sécurité...

Passant devant un marché, je me suis arrêté face à un marchand de cannetons et j'en achetais "deux" que je pensais offrir à nos trois filles...Petites boules jaunes, les cannetons bien sûr, allaient grandir et devenaient dangereux pour les enfants. J'ai donc construit un enclos en plein air afin de les retenir dans cet espace sécurisé...Les canards...Pas les enfants !

Avec le temps, les cannetons ont pris du volume et du poids...Devenus adultes, ils étaient toujours dans l'enclos et un matin d'hiver, un seul canard se trouvait dans l'enclos, raide et frigorifié...L'autre avait disparu en laissant quelques plumes sur le terrain...J' entrepris de nourrir le survivant après que des soins adéquats l'aient remis en état de fonctionner et peut-être de continuer à vivre paisiblement. En quelques jours, une dizaine tout au plus, il se remit à vivre "normalement"...Mais, et je l'ai découvert plus tard, grâce à Konrad Lorenz, un phénomène bizarre s'était emparé du canard...Il ne me lachait plus d'une semelle, d'un instant...Cela devenait insupportable...Il manifestait sa reconnaissance en me suivant à la trace, me picorant les mollets (ah la vache!)...Tentant d'entrer dans la maison d'où je le chassais en fermant les portes...Il tambourinait...Et faisait "coin coin"...Je n'ai jamais pu savoir ce qu'il disait, tant il prononçait mal...En tout cas, il fallait prendre une décision, au point où nous en étions cela devenait indispensable. Le repos de la famille et sa santé mentale étaient en cause...C'était peu après l'époque où Robert Lamoureux faisait fureur avec "le canard était toujours vivant"...Une fermière, voisine et propriétaire de la maison, accepta de lui "tordre le cou", ce qu'elle fit en lui tranchant la gorge pendant que je le tenais fermement, à la suite de quoi le canard s'enfuit en laissant sa tête sur le billot...Il se regardait courrir !  

 

Non ! Ne m'expédiez pas de commentaires à propos de mon comportement d'alors...Je ne sais pas comment la voisine a cuisiné sa demi part...Par contre j'ai le souvenir d'un repas plantureux, cuisiné par Nicole avec succès...

Depuis, je n'ai plus acheté d'animal "consommable" pour les enfants.

Mais le problème n'était toujours pas résolu du fait qu'ils les apportaient à la maison...Sans solliciter mon avis ! La technique du "fait accompli"...

 

ATTENTION ! CET ANIMAL EST DANGEREUX !

 CANARDS 9195 CANARD

 

 

Cela aurait pu être lui...Quel dommage !

Publié dans Famille

Commenter cet article

annielamarmotte 25/11/2013 16:58


j'ai piqué cette photo pour la marmotifier....  ;) je fais un petit tour sur le blog pour en trouver d'autres.

Norbert794 18/06/2013 18:29


Salut mon ami,


Je sais que tu ne liras plus ce message isi, mais j'avais envie de te parler... Je sais que tu le lis en même temps que je suis en train de l'écrire... En lisant ton récit, c'est exactement ça
que j'apprécie chez toi, ta simplicité, ton honnêteté... J'ai moi aussi dans mon enfance "imoposé" des animaux à mes parents en les ramenant à la maison sans leur avis... Pie, corneille, faisane,
orvets et pigeons... J'ai élevé des pigeonneaux que les parents ne nourrissaient plus, par contre je n'ai jamais mangé de pigeon de ma vie... lol


Je me souviens du désespoir de mon père, avec les 5à pigeons au pigeonnier, que j'espérais vendre ou offrir à des personnes qui les auraient élevés pour le plaisir sans penser à les consommer...
lol rêve utopique de gamin... Tu vas me manquer Armand... Merci de ce bout de chemin que tu m'as accordé et qui était bien trop court... Amicalement,

petite planete 10/04/2013 21:07


Ben si, je vais te mettre mon grain de sel, non mais !  


Les canards de Barbarie ne peuvent renier leur nom. Aussi agressifs que les oies. 


Celui-là s'était pris de passion pour tes mollets, allez-donc savoir pourquoi ? Peut-être qu'au fond, tes moltogommes correspondent aux canons de beauté jusqu'en Barbarie...


Bref, tout un chacun serait agacé à moins... La voisine ne faisait pas dans la dentelle, non plus. J'imagine Gabian, pétrifié, et lachant le corps du délit :)) 


Maintenant, je n'avais encore jamais songé à cette solution radicale, ça ouvre des perspectives :)) 


J'ai eu vent d'une histoire semblable. 


Une dame s'était résolue à sacrifier ses canards, à son grand regret, les ayant élevés depuis leur sortie de l'oeuf. Elle devait rentrer à l'hopital, et personne ne pouvait s'en occupper en son
absence.


Ce souvenir macabre de canard sourant sans sa tête l'a poursuivie longtemps, comme toi. La preuve, c'est que tu en parles encore.


On en revient toujours à la même conclusion : si le sacrifice d'animaux nous choque tant, il faudrait aller jusqu'au bout de nos idées et ne jamais manger de viande.


T'inquiète pas, de toute façon, il y a prescription.


A bientôt Gabian. 

katara 07/04/2013 17:56


Mais elle est épouvantable cette histoire ! Si si je commente !!! La pauvre bête... pleine d'attention pour toi !!! 


l'amerrissage de celui-là est superbe beau dimanche